21 juillet 2021 | Par Raphaël Latour

Les 5 principales préoccupations financières des aidants

La question de l'argent est une question complexe et peu anticipée dans la relation aidant et aidé. Souvent tabou, l'absence d'échange sur ce sujet vient en contradiction avec la prépondérance des problématiques financières que rencontrent les familles.

Effectivement, selon une enquête réalisée par la BPCE en avril 2021 pour son Observatoire des aidants, 80% des aidants ont une ou plusieurs préoccupations financières fortes à l'égard de leurs proches aidés.

Deux aidants sur trois estiment la situation financière de leur proche comme étant "bonne". Néanmoins, les aidants déclarent en moyenne 3 types de préoccupations financières. Ces préoccupations financières ne se limitent donc pas uniquement à des situations jugées comme financièrement difficile mais concernent tout le monde.

Dans cet article, nous allons revenir sur les 5 principales préoccupations financières des familles à l'égard de leurs proches âgés.

  1. La protection contre le risque de fraude ou de malversations

Les personnes âgées, souvent isolées et vulnérables sont trop régulièrement la cible de malversation et d'abus de confiance. C'est pourquoi, la première préoccupation des aidants vis à vis de leur proche aidé concerne le risque de fraude.

Lorsque le proche aidé est atteint de troubles cognitifs, psychiques ou mentaux, cette préoccupation est encore plus prépondérante pour les proches.

Cette inquiétude ne dépend pas de la situation financière de la personne puisqu'elle est tout aussi présente chez les personnes qui juge la situation financière de leur proche "bonne" que ceux qui la juge "mauvaise".

Chez jeannie, nous avons pour ambition de réduire la fraude et les malversations financières commises envers les personnes âgées. Pour cela, nous commençons par proposer des cartes de paiement sécurisées, qui permettent de confier de l'argent aux intervenants qui sont amenés à réaliser des dépenses pour le compte d'une personne dépendante.

  1. Assurer le paiement des dépenses courantes

La seconde source de préoccupation est le fait que les dépenses courantes puissent être assurées correctement.

Les aidants sont ainsi préoccupés par la capacité de leur proche à suivre et payer les dépenses courantes. Il peut s'agir par là d'une peur de l'oubli, (oubli de payer des factures, oubli de payer les impôts...) du fait par exemple de la perte d'autonomie d'un proche.

A ce titre, 71% des aidants déclarent intervenir de manière régulière ou ponctuelle dans la gestion des comptes d'un proche âgé.

Mais ce niveau de préoccupation reflète également la crainte de ne pas être en mesure de payer les dépenses courantes. On note d'ailleurs que 59% des aidants déclarent apporter une aide financière au proche qu'ils accompagnent.

  1. Assurer l'obtention et le versement des aides

La perte d'autonomie engendre des coûts importants pour la personne. Le manque d'information en amont fait que les aidants sont souvent préoccupés par le fait de savoir si oui ou non leur proche pourra bénéficier d'aides financières. Ces préoccupations débutent avant même la réalisation des premières démarches, jusqu'au versement des aides, en passant par l'obtention de celles-ci.

Malgré cette préoccupation forte, la majorité des aidants estiment que les ressources de leur proche, complété par les aides comme l'APA couvrent plutôt bien les besoins liés à la perte d'autonomie, tant que la dépendance n'est pas trop importante.

Lorsque les besoins de la personne aidée deviennent plus importants, la question des aides et du financement se fait de plus en plus prégnante pour les aidants, ce qui en fait la 3ème source de préoccupation financière pour ces derniers.

  1. Epargner de l'argent pour financer la perte d'autonomie

Malgré le manque d'échange et le manque d'anticipation sur les sujets financiers, on remarque que la question du financement de la dépendance est très présente.

Réussir à mettre de l'argent de côté en vue de financer une possible perte d'autonomie ou bien une dégradation de la situation de la personne est la 4ème préoccupation financière des aidants.

La question de l'épargne revient également à la question de la protection du patrimoine de la personne. L'objectif étant que la personne puisse en cas de besoin, financer certains projets de maintien à domicile comme l'aménagement d'un logement, ou encore le financement d'aides à domiciles à l'aide de son épargne accumulée en prévision.

57% des aidants interviennent dans la gestion du patrimoine immobilier et financier de la personne. Néanmoins, seulement 26% des aidants interviennent de façon régulière.

On remarque que le manque d'échange à ce sujet fait que de nombreux aidants ne connaissent pas vraiment les disponibilités financières de leur proche. Une meilleure connaissance du patrimoine permettrait néanmoins aux familles de plus facilement se projeter sur les questions de financement de la perte d'autonomie.

  1. Assurer une répartition équilibrée des dépenses entre les aidants

Dernier point de préoccupation financière forte pour les aidants : l'équité des dépenses réalisées entre aidant.

Le cas de figure le plus courant est celui d'une fratrie dont un ou plusieurs membres sont aidants d'un proche. Il s'avère que dans la majorité des cas, c'est l'aidant qui passe le plus de temps pour son proche qui va dépenser le plus pour lui, ce qui est source de tension au sein des familles.

Il faut savoir que 59% des aidants apportent une aide financière à leur proche. Pour 30% d'entre eux, l'aide est supérieur à 250€ par mois, ce qui représente une participation significative, même si ce coût est jugé majoritairement supportable ou du moins tout juste compatible avec leur budget.

La majorité des dépenses réalisées par les aidants pour leur proche se fait de manière informelle au quotidien. Par exemple, le fait de se rendre faire des courses sans demander le remboursement à son proche en fait parti. A ce titre, 58% des dépenses réalisées par un proche aidant sont des dépenses courantes de la vie.

Aù delà de la réparation équilibrée des dépenses financières, le déséquilibre de temps passé à aider son proche et le manque de reconnaissance au sein des fratries est une source de tension pour les familles.


En plus de ces 5 préoccupations principales, il existe d'autres sources d'inquiétudes financière pour les aidants, comme par exemple le fait de devoir vendre un bien immobilier pour financer la perte d'autonomie de leur proche ou le fait de préserver autant que possible l'héritage de la personne.

De manière générale, lorsqu'un proche avance en âge, les doutes et inquiétudes financières sont nombreuses. Le cumul de tabous liés à l'argent et à la perte d'autonomie font que ces questions ne sont pas correctement anticipées au sein des familles, et ceux au détriment de la personne aidée. C'est souvent trop tard, en réaction à un problème d'argent ou à une malversation subie par la personne que les familles vont creuser plus sérieusement la question financière.

Essayer d'évoquer ces sujets et en discuter avec vos proches avant même les premiers signes de perte d'autonomie peut permettre d'anticiper un bon nombre de problématiques financières qui pourraient se poser par la suite.


Source des chiffres évoqués dans l'article : l'Observatoire des Aidants, BPCE - Avril 2021

Découvrez jeannie, la solution de paiement pour confier de l'argent.

jeannie
la solution de paiement pour confier de l'argent
JEANNIE, SAS au capital de 10 000€, inscrite au Registre du Commerce et des Sociétés de Paris, sous le numéro 898 060 959.
Établissement enregistré auprès de l'ORIAS en tant que Mandataire non exclusif en Opération de Banque et Services de Paiement (MOBSP), sous le numéro 21004801.
JEANNIE agit en tant que MOBSP mandaté par SWAN. SWAN est agréée en tant qu'établissement de monnaie électronique (code CIB 17328) par l'Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (4, Place de Budapest CS 92459, 75436 Paris).