18 août 2021 | Par Raphaël Latour

Parler d'argent entre aidants : comment faire face à ce sujet tabou ?

La majorité des aidants estime ne pas avoir de difficulté à aborder la question de l'argent et du financement de la perte d'autonomie avec leur proches.

Ce constat reste néanmoins à relativiser car lorsque la situation de la personne aidée se détériore, le sujet de l'argent peut cristalliser des tensions au sein des familles.

La question de l'argent reste un tabou et n'est que partiellement abordée au sein des familles en prévision de la perte d'autonomie d'un proche. D'autant plus que ce sujet d'argent est couplé à un second tabou, celui de la perte d'autonomie.

Evoquer comment financer la perte d'autonomie représente déjà le fait d'admettre le besoin d'aide d'un proche âgé, ce qui peut parfois être compliqué.

Souvent cette question n'est pas anticipée et n'est abordée sérieusement que lorsque la situation se détériore pour le proche âgé ou lorsqu'un problème est survenu (une arnaque, un vol, ou un accident par exemple).

Lorsque plusieurs aidants sont confrontés à cette situation, c'est à dire dans la majeure partie des cas, lorsqu'une fratrie doit faire face à la perte d'autonomie d'un parent, la question de l'argent peut devenir conflictuel.

Si ce sujet est un sujet de discorde, c'est qu'il ne s'agit pas que d'une question d'argent. Souvent il révèle de tensions familiales antérieures, plus profondes et l'argent n'est qu'un élément déclencheur de désaccords liés aux relations familiales et affectives.

  • "Mon frère a changé du tout au tout quand il a fallu nous organiser financièrement pour maman qui avait besoin d'assistance la journée et la nuit" explique Caroline.

    "Je m'occupais de maman seule depuis plusieurs années et quand ses dépenses ont commencé à être plus conséquentes, il s'est réveillé et m'a reproché une mauvaise gestion. Il m'en a même voulu pour des dépenses que maman avait faite par elle même lorsqu'elle était encore autonome."

Mais comment réussir à éviter ces conflits et aborder la question financière de la perte d'autonomie ?

Aborder le sujet de l'argent pour mieux l'anticiper

Même si les relations semblent au beau fixe au sein de votre famille et avec vos frères et soeurs, essayez d'aborder le sujet de l'argent avec eux et bien entendu avec vos proches âgés en prévision.

Demandez à vos parents comment ils s'imaginent pouvoir financer leur fin de vie. Soyez vraiment à l'écoute de leur envies sur ce sujet.

Discutez en tous ensemble, idéalement avec vos frères et soeurs, pour voir aussi dans quelles optiques ils peuvent être.

Sont-ils prêts à apporter un soutien financier si besoin ? Ont-ils prévu des choses pour participer à cet effort financier le cas échéant ?

Connaitre un peu le niveau d'engagement des uns et des autres sur ce sujet peut vous permettre d'aborder mieux la situation entre vous si celle-ci, par la suite, venait à se détériorer.

Avoir une vision claire du patrimoine disponible de votre proche

Essayez d'en savoir plus sur la situation financière de votre proche. Si patrimoine il y a, essayez d'avoir une vision plus claire de celui-ci, tout en précisant bien qu'il ne s'agit que de comprendre ce qu'il serait possible de faire en cas de besoin de financement par la suite.

A-t-il de l'argent de côté ? Comment s'imagine-t-il l'utiliser ? Est-ce qu'il serait prêt à vendre son bien immobilier ? Une fois une vision plus claire de son patrimoine, vous pourrez déjà voir ses disponibilités de financement. Vous pourrez également mieux vous projeter sur ce qu'il vous sera possible de financer ou non en cas de perte d'autonomie.

Même si le sujet peut sembler complexe à aborder et peut parfois être mal interprété, il est toujours mieux d'anticiper que de réagir.

Tenir un compte des dépenses réalisées

Si vous commencez au sein de la fratrie à réaliser des dépenses pour le compte de votre parent dépendant, il est conseillé de tenir des comptes de ce qui est fait et pourquoi.

Même si vous êtes l'aidant principal et que vous avez toute la confiance de vos proches, parfois des questionnements sur des dépenses effectuées par le passée peuvent ressurgir des années après.

Pour ne pas faire naître des frustrations et l'impression de plus s'investir financièrement que d'autres, tenir les comptes vous permettra de vous justifier le cas échéant.
Cela peut également vous aider à rééquilibrer le niveau de dépenses entre vous, lorsque c'est possible.

Faire appel à un médiateur en cas de besoin

Si des tensions commencent à apparaître, vous pouvez vous rapprocher le plus tôt possible d'associations d'aidants ou vous renseigner auprès de points d'informations locaux. Echanger sur ces sujets et sur les bonnes pratiques tôt, peut permettre d'apaiser certaines frustrations naissantes.

Ne tardez pas et n'attendez pas que le conflit s'envenime pour échanger avec des professionnels sur ces sujets.

Epargner votre proche dépendant

La première victime d'un conflit familial risque d'être votre proche dépendant directement. Il pourrait dans ce cas avoir le sentiment d'être le responsable de ce qui est en train de se passer. Voir un conflit dans sa famille au sujet de sa perte d'autonomie peut être lourd de conséquence pour lui.

Si c'est un sujet trop tendu, alors évitez de le prendre à partie et de vous disputer en sa présence. Abordez le sujet financier entre vous, puis faites lui part de vos différents calmement, sans chercher à ce qu'il prenne position.

La perte d'autonomie est un moment déjà très compliqué à vivre pour votre proche alors faites le maximum pour que la question de l'argent ne soit pas une source de stress supplémentaire.

Découvrez jeannie, la solution de paiement pour confier de l'argent.

jeannie
la solution de paiement pour confier de l'argent
JEANNIE, SAS au capital de 10 000€, inscrite au Registre du Commerce et des Sociétés de Paris, sous le numéro 898 060 959.
Établissement enregistré auprès de l'ORIAS en tant que Mandataire non exclusif en Opération de Banque et Services de Paiement (MOBSP), sous le numéro 21004801.
JEANNIE agit en tant que MOBSP mandaté par SWAN. SWAN est agréée en tant qu'établissement de monnaie électronique (code CIB 17328) par l'Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (4, Place de Budapest CS 92459, 75436 Paris).